samedi 30 janvier 2016

Nos jours heureux - janvier 2016

Janvier a été très calme, marqué par la pénibilité d'habiter dans un chantier sans chauffage quand les températures sont négatives dehors, par une mise en garde très claire de mon organisme (10 jours de fièvre sans être capable de me lever, ce qui ne m'était jamais arrivé), par la fatigue des enfants ainsi que par de gros soucis familiaux.


Le 1er janvier, nous avons admiré le soleil enluminer la baie ; sur la route blanche, entre 2 bourrasques de vent, nous avons croisé des randonneurs hilares.


Nous avons inauguré un nouveau rituel du soir, en faisant les méditations du CD Calme & attentif comme une grenouille. Et ça marche! Les enfants s'endorment immédiatement après.


J'ai pu tester, en avant-première, le MOOC du mouvement des Colibris. Il est exceptionnel !

source

J'ai repris l'entrainement de course à pied avec 2 courses en ligne de mire ( 1 dont l'objectif est de la finir, une autre avec un objectif de temps). Nous avons la chance au boulot d'avoir un coach à disposition 2 fois par semaine pour travailler en fractionné.

source

 Amaury (J'avais écrit Amour, ce qu'il est!) m'a trouvé une super prof de yoga vinyasa, très proche de chez nous qui donne des cours le samedi matin.

vendredi 29 janvier 2016

Le 20ème kilomètre : 5 conseils pour courir par temps froid

J’ai repris l’entrainement, deux à trois fois par semaine. A l’heure du déjeuner la plupart du temps. Plus ou moins long, plus ou moins intense.


Par temps froid :
*empilez les couches : ces temps-ci où le mercure ne dépasse pas le zéro à midi, je cours avec un débardeur technique + un tee-shirt technique manches longues + une polaire + un foulard+ des chaussettes en laine bien remontées sous le legging long + ma ceinture magique (qui porte téléphone, clés ET qui chauffe les reins). Par-dessus, s’il fait vraiment très froid ou si le temps est humide, j’ajoute un coupe-vent.
* le mépris pour la technique trouve sa limite : si, comme moi, vous ne croyez pas que l’habit fait la performance et que les vêtements techniques vous font fuir ( tant pour leur composition bien peu respectueuse de l’environnement que pour leur fabrication bien peu respectueuse des ouvriers du textile), il est temps de réviser votre opinion. Car le coton retient l’humidité, ce qui est acceptable l’été mais bien moins en plein hiver.
* Sortez couvert(e)s : Couvrez vos extrémités. Sortez bonnet ou bandeau, gants et cache-nez. Car les extrémités peu sollicitées pendant l’effort physique se refroidissent vite.
*En rentrant, changez-vous immédiatement et buvez quelque de chaud. Puis sautez sous la douche.
* Ralentissez ! Le temps très froid sollicite beaucoup l’organisme. En dessous de zéro ou dans des conditions climatiques violentes ( vent ou neige), il est peu probable pour que vous fassiez des performances historiques. Alors courez, bougez, respirez et rentrez vite en vous félicitant d’être sorti(e)s en dépit des conditions météorologiques !


Bonne course !

jeudi 28 janvier 2016

Soyez le changement : inscrivez-vous au MOOC du mouvement des Colibris et créez un oasis

Réalisez le projet de vos rêves ! 
Inscrivez-vous à notre première formation en ligne
Le MOOC "CONCEVOIR UNE OASIS"
 
Cette formation vous permettra de :

  • disposer d'un cadre pour lancer votre projet,
  • apprendre sur les différentes thématiques utiles pour concevoir un projet d'oasis (modes de gouvernance, facteur humain, montages juridique et financier, exigences écologiques, permaculture…)
  • bénéficier de conseils d'experts, tous impliqués dans des projets similaires
  • faire partie du réseau de Colibris, qui compte déjà plus de 100 oasis.
Temps de travail nécessaire : entre 1h et 2h par semaine.
Cette formation en ligne s’adresse à tous les publics, et il n’est pas nécessaire d’avoir un projet.

Nous serons plusieurs milliers à suivre ensemble ce MOOC qui démarrera le 27 janvier et durera 10 semaines.

 

Clôture des inscriptions : 30 janvier 2016

mercredi 27 janvier 2016

12 objectifs pour 2016 pour réaliser mon projet de vie

Soyons lucides : nos emplois du temps à Amaury et moi comme les contraintes induites par la vie dans un chantier auront la peau de nos bonnes résolutions en moins de temps qu’il ne faut pour les écrire.
Alors cette année,  j’ai décidé de dresser une liste d’actions, qui me permettront d’avancer vers mon projet de vie.

Je voudrai que 2016 soit une année de convictions et de changements positifs :
1.       Avec la pérennisation et l'extension de notre démarche zéro déchet. J’ai écrit au maire de notre commune pour le convaincre de lancer une expérience de plus grande envergure, et envisage de prendre rendez-vous avec lui. Dans la même veine, j’ai entrepris une grande campagne de sensibilisation auprès d’Elior, qui gère notre cantine d’entreprise.
2.       Avec la culture de notre potager, qui a triplé de surface, à la faveur de l’hiver. J’ai même prévu de tenter la culture du thé !
3.       En suivant une formation Terre de liens ou une formation de l'Université des colibris
4.       En devenant végétarien militant. J’ai récupéré toutes les fiches de suggestion qui se trouvaient à la sortie de la cantine, les ai fait remplir par d’autres personnes qui, pour des raisons de santé, d’éthique ou de religion, souhaiteraient également des repas végétariens à la cantine et nous avons bourré l’urne de suggestion . ;-)
5.       En convainquant la bibliothécaire de créer une book box pour que les livres circulent librement dans notre village
6.       En instituant la journée des Mercis, pour remercier tous ceux qui rendent notre vie plus jolie au quotidien.

ici, à Bruges...

2016, encore et toujours, nous verra partir à l’aventure :
7.       Durable, avec un voyage en canoë et en bivouac pour les 40 ans d’Amaury
8.       Loin, avec une visite prévue aux copains new-yorkais
9.       Intégré, avec la poursuite de nos échanges de maison, et notamment une échange à Londres cet été


Je rêve d’introduire un peu de douceur dans mon quotidien :
10.   En reprenant le dessin et un art journal. Je voudrais aussi pouvoir valoriser les réalisations des garçons comme les miennes
11.   En introduisant des entraînements de course réguliers, car je suis inscrite à 2 courses, la transbaie et le trail de la Côte d’Opale
12.   Je rêve de nature

Mais la chose principale sur laquelle je veux me concentrer, outre mes hommes,  c’est le ici et maintenant. Le courant d’air que je suis a beaucoup de travail à réaliser de ce coté là !

lundi 25 janvier 2016

Apprendre à apprendre # 1 : les mécanismes de l'apprentissage

Grâce à une femme passionnée par son métier, j'ai récemment pu assister à un atelier Apprendre à apprendre, basé sur les théories de gestion mentale d'Antoine de la Garanderie.


C'était tellement éclairant ( une participante a dit "bouleversant") que je me suis dit qu'il fallait que je vous en parle.
Antoine de la Garanderie  enseignait la philosophie au lycée Sainte Geneviève à Versailles ( dit Ginette, pour les connaisseurs/ses). A l'orée des années 1970, il s'est interrogé sur les raisons pour lesquelles ces jeunes réussissaient. Il en a tiré des théories sur les gestes mentaux de l'apprentissage.

Il était convaincu que:
- pour apprendre, les enfants devaient prendre conscience que cela nécessitait un travail conscient et volontaire de leur part.
- qu'accompagner les enfants pour leur faire trouver leurs propres méthodes d'apprentissage leur permettraient de gagner en confiance, en efficacité et en autonomie.

Pour Antoine de la Garanderie, apprendre, c'est une succession de plusieurs gestes mentaux:
1. L'attention :il faut faire exister l'objet de l'apprentissage, le faire en pleine conscience
2. La mémorisation : Il s'agit de placer cet apprentissage dans un avenir où il sera nécessaire, dans une situation 
3. La compréhension: il s'agit d'intégrer le nouveau savoir, de tisser des liens entre ce que je viens d'apprendre et ce que je sais déja.
4. La réflexion : il s'agit d'opérer un retour sur ses acquis.
5. L'imagination créatrice : à partir des compétences nouvellement acquises, on regarde le monde qui nous entoure en pensant à ce qui peut-être découvert ou inventé.



samedi 23 janvier 2016

Carnet de chantier, 6 mois après

Un petit point sur nos travaux, 6 mois après leur commencement :


D’abord, il y a eu la désagréable surprise d’apprendre qu’un certain nombre de travaux majeurs n’était compris dans l’appel d’offre global. « A ba non, ma chère madame, quand vous signez pour la rénovation totale de la maison, il n’est pas prévu d’enlever la moquette/ de mettre du parquet sur le béton/ de rénover l’escalier central/ de peindre les nouveaux murs extérieurs/ de brosser et de peindre les radiateurs/ de repeindre les portes et les plinthes… »


 le mur d'isolation en briques du salon est tombée avec la fenêtre du salon

Il y a eu les multiples épisodes autour des fenêtres :
*elles devaient être commandées fin juillet/ l’usine était fermée/ la commande est passée fin octobre et quand Amaury a demandé à voir le bordereau de commande : les côtes étaient toutes fausses/ 15 jours plus tard, la commande a été passée/ quand les fenêtres sont arrivées, les menuisiers avaient oublié leur disqueuse pour déposer les anciennes fenêtres : ils ont donc utilisé une masse faisant ainsi des trous béants dans les murs/ forcément, insérer des fenêtres carrées ou rectangles dans des ovales est compliqué/ une fenêtre en alu s’est décrochée/ l’isolation n’est plus assurée/ la porte d’entrée et une fenêtre ne s’ouvrent plus en raison d’une utilisation « anormale »( à votre avis, qui a été désigné responsable par l’architecte ?)

Nous n’avons toujours pas de chauffage.

(la cuisine le 24 décembre alors que je tentais de préparer un réveillon)

La cuisine a été démontée le 17 août et l’électricité coupée dans cette pièce depuis. Nous n’avons plus de lave-vaisselle.

Plus de 15 jours après le déluge

A notre retour, après Noël, nous n’avions plus d’eau. Le plombier est passé, a donné son feu vert et nous avons mis les enfants au bain. La baignoire s’est vidangée dans le lave-linge et l’eau s’est répandue dans la cave…ou sont stockées nos affaires personnelles (vêtements et livres). Ils flottent depuis dans cette eau trouble.

les toilettes dans ce qu'ils ont de plus minimalistes

L’architecte vient ou ne vient pas aux réunions de chantier (ne vient pas en règle générale).
D'ailleurs, il n'avait pas prévu dans ses plans, l'isolation intérieure ( près de 15 cm) donc rien ne rentre.

le salon
Et nous vivons à 4 dans 20m², chauffés par un radiateur à bain d’huile.

Mon prochain carnet de chantier sera donc consacré aux contentieux avec les architectes et les artisans.
:-(

Mais, en 2016, on y croit, nous aurons une maison habitable !

jeudi 21 janvier 2016

Collection automne-hiver 2015-2016 - Malachite, la robe

D'abord, je vous prie d'excuser mes excuses. Certaines photos seront insoutenables pour les méticuleuses. En effet, elles ont été réalisées sans trucage et il apparaît que cette robe n'a pas ...été repassée.


Lors de ma visite semestrielle chez Modes&Travaux, j'ai craqué pour un coupon de coton à petits chevrons vert foncé, vert sombre comme les veines de la malachite ( et les yeux de ma maman, mais c'est une autre histoire). Je me réjouissais de tant d'audace quand j'ai vu un podcast de Sandra, puis des photos sur Pinterest et je me suis rendue compte que ce serait une des couleurs de l'hiver. 
Bref, je suis quand même très contente de mon coupon vert foncé.


Je voulais une robe facile à vivre, plus longue que les précédents pour pouvoir la ceinturer ( et éventuellement la porter au printemps, jambes nues).


Et je me suis dit que j'allais reprendre le patron de la tunique à plastron du livre japonais, traduit en français sous le titre de La couture Nature ( le 203-fr, pour les irréductibles JCA), déja réalisée ici et .
Pour une fois, j'ai auto-pris mes mesures pour avoir une robe assez longue.


Aucune difficulté de réalisation. J'ai mis quelques boutons bleu nuit, parce que j'aime l'association du bleu et du vert. Et me voila avec une nouvelle robe...non repassée.

Ce qui se voit même sur la photo floue du jour!




mercredi 20 janvier 2016

Du temps avec les enfants : la grande journée des petite attentions

Le rituel de l'année 2016, chez les Lathelize, sera sans aucun doute, "la grande journée des petites attentions".


Le concept, testé et approuvé, consiste à faire tirer au sort, le matin, au petit-déjeuner, à chacun le nom de son binôme pour la journée.
Et ensuite, on dorlote celui que le sort a désigné. Chacun prend soin de quelqu'un. Et tout le monde est dorloté.
Cela ne paraît pas évident mais ils se font un câlin, viril mais correct ;-)

Nous avons dû faire un aménagement des règles, en précisant que les parents ne pouvaient tirer au sort que des enfants et les enfants, que des parents. Car la tentative qu'un des garçons s'occupent de l'autre s'est soldé en pugilat. Le 11 novembre, j'ai ainsi eu un petit garçon attentionné, qui a proposé de porter mon manteau, qui m'a donné un utile coup de main pour faire la cuisine et qui m'a fait un massage de la tête pour que je m'endorme mieux. Pour le remercier, j'ai cuisiné un gros tas de crêpes, jardiner avec lui, et ai lu 2 histoires ...


Cette version- là a été plébiscitée et nous avons décidé que "la grande journée des petites attentions" se tiendrait tous les jours fériés de l'année.

Et vous, vous avez des rituels familiaux?

mardi 19 janvier 2016

A l'épreuve du quotidien- collection automne-hiver 2015-2016 : Denim, la robe Tuxedo

Cette année, tous les mardis, vous retrouverez un article intitulé " à l'épreuve du quotidien" qui étudiera la portabilité réelle des pièces cousues et présentées ici, une sorte de POC ( proof of concept) appliqué à la couture.

 et à l'épreuve du quotidien:

lundi 18 janvier 2016

Ma poubelle & moi #8 : Zéro déchet au boulot

Vu le temps que je passe au boulot, impossible de laisser cet aspect de ma vie hors de notre projet « Zéro déchet ».

Plantes et boutures au bureau : j'arrêterais quand l'open space tout entier sera végétal :-)

=> pour y aller et en revenir
Amaury et moi avons pris la décision de privilégier les transports en commun pour nous rendre au boulot, en dépit des heures que cela représente et des alea inhérents aux transports en commun en Ile de France. Pour nous faire patienter, nous empruntons, semaine après semaine, des livres à la bibliothèque municipale.


=> la pause café/ la pause pipi
Je pars, chaque jour, avec mon Thermos en inox. Ce qui est parfait car je peux jeter mon thé usagé au compost.
J’ai toujours ma tasse en céramique, dans mon tiroir. 
J’ai récemment troqué mes sachets de thé contre du thé en vrac et une boule de thé. Je m’en colle sur les doigts à chaque fois que je m'en sers et ne suis pas encore parvenue à ramener à la maison mon thé usagé. Peut-être je devrais essayer de tout transvaser dans un pot en verre et le ramener à la maison une fois par semaine ?
Et, aux toilettes, je me sers toujours de l'essuie-main en tissu ( vous savez, celui qui est toujours coincé).

=> à la cantine
A la cantine, j’ai arrêté les yaourts/desserts en pot plastique pour privilégier le verre ou les fruits.
 Je refuse la  serviette en papier tendu par la caissière et sors ma serviette de table en tissu de mon sac ( ce qui fait sourire mes collègues et mon chef, mais qui, petit à petit, fait des émules). Mais ma serviette de table (issue du trousseau de ma grand-mère, en lin, brodé à ses initiales) est :
·         Durable, bien sûr, depuis 70 ans !
·         Plus pratique, car beaucoup plus grande que la serviette en papier et beaucoup plus solide aussi !
·         Plus jolie.
J'ai ourdi un vaste complot pour obliger le prestataire à créer un pôle bio et végétarien. Ca progressse doucement...


=> travailler
Mes dernières bonnes résolutions concernent l’impression papier, que je limite au maximum.
Et j’ai ressorti mon stylo à plume, rechargeable par une pompe. Encore une occasion pour m’en coller plein les doigts. Mais j’aime l’écriture qu’il fait.
Je fais sourire tout le monde en découpant les enveloppes usagées en rectangle et en en faisant un bloc notes avec une pince à dessin.
Toute l'équipe a installé des moteurs de recherche alternatifs sur nos PC, qui ecosia, qui Lilo...

Tous ces petits gestes engendrent souvent de grandes discussions, notamment avec les plus jeunes de l'équipe, à qui il ne manque qu'un petit coup de pouce pour démarrer une réflexion de fond.

Et vous, comment vous appliquez le Zéro déchet au boulot ?

samedi 16 janvier 2016

la famille Lathelize vous souhaite une douce année 2016...

Un joli rameau de prunier du Japon m'a servi de modèle...


Et voila le résultat, 12 cartes de voeux ( des A4), toutes différentes.


Toute la famille Lathelize se joint à moi pour vous souhaiter une douce année 2016.

jeudi 14 janvier 2016

Collection automne hiver 2015-2016 Améthyste - une veste

Celle-ci n'était pas prévue au programme mais en regardant mes plans de couture d'un oeil et ma garde-robe de l'autre ( ce qui fait sérieusement loucher), j'ai convenu avec moi-même qu'il fallait mieux coudre une veste très chaude et d'une couleur flatteuse qu'un blouson tweed et maille beige.


Dont acte. 
J'ai jeté mon dévolu sur le patron Bleu de Prusse du numéro Ottobre Women 2010/2. Je l'avais déja testé en ne gardant que le haut.
Il a un très joli jeu de pinces devant, aux épaules et à la taille. Et j'aime son encolure.

Non doublée, c'est une veste super fastoche, cousue en 2 heures de temps. Faites attention tout de même au fait qu'elle est ajustée.


Le tissu est une laine bouillie épaisse, d'une jolie couleur Améthyste, acheté chez Modes et travaux. Les boutons sont des "boutons-trésors de famille" offerts par la maman d'Amaury.
Bien qu'elle grattouille un peu, je la trouve impeccable cette veste.
Je vous ai convaincu(e)s?


Et voilà, la traditionnelle photo floue ;-)




mardi 12 janvier 2016

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #47 - dernière



Longtemps, j’ai porté cette souffrance. La douleur, la tristesse et l'angoisse m’ont entravée.


Après 18 mois d’écriture, toujours douloureux, la plupart du temps dans des lieux neutres, je suis arrivée au bout de cette lettre.


Au même moment, ou presque, lors d'une visite de routine, l'hématologue t'a demandé de le rejoindre derrière son bureau. Il t'a pris les mains, a plongé ses yeux dans les tiens.

Stanislas, tu te rappelles ce qui s'est passé quand tu avais deux ans et demi?
Je voulais te dire Bravo, Stanislas. Parce que TU as gagné.
Ton papa, ta maman, les équipes soignantes t'ont accompagné, mais toi, avec ton courage et ta volonté, tu t'es battu et tu as gagné. C'est très important, Stanislas, tu es victorieux.

Son discours, simple et sincère, s'est attaché à redonner à ta vie un cadre rassurant, un guide pour aujourd'hui, demain ou pour dans dix ans.

Tu sais Stanislas, on va continuer à se voir. On ne cherchera plus la maladie, non, mais moi, je veux prendre de tes nouvelles, je voudrais que tu me racontes le CE2, le CM1, et puis le collège aussi. Et puis tu me raconteras quand tu seras amoureux. Et puis tu sais, si un jour, tu as envie d'avoir des enfants, tu ne leur donneras pas la maladie. C'est une maladie du hasard, pas une maladie que les parents transmettent. Ce n'est pas la fin de l'histoire, Stanislas, c'est la vie qui commence.

Je regardais par la fenêtre les toits gris de Paris, le ciel plombé. Et je me suis à pleurer doucement.


La peur demeure, celle qui fait qu’à la moindre fièvre, qu’à la plus petite migraine, qu’au plus petit coup de fatigue, mon cœur et mon esprit s’emballent et me ramènent dans le désespoir feutré d’une unité d’oncologie pédiatrique. 
Et je devine chez Amaury, si solide, si confiant, la même fêlure.
La peur, cette ennemie intime, me fait, parfois, entrevoir et me résigner au pire.
La plupart du temps, muselée par les jours qui s’écoulent, heureux et sans histoire, anéantie par ta joie de vivre et ta vitalité, la terreur est tenue à bonne distance.


Ma lettre close, nous essayons de simplement vivre avec notre histoire. Savoir qu’elle est écrite, quelque part, et que nous pourrons la transmettre à nos enfants, m’a apaisée.

Et tu as conclu, quelques jours après la grande nouvelle de ta guérison, en déclarant un soir " Vous savez, en principe, dans la vie, tout se passe toujours bien". Cela nous a fait sourire.

J’ai reçu de très beaux témoignages de sympathie. 
Merci à vous, lecteurs et lectrices !

lundi 11 janvier 2016

Cultivateur de talents : le mur des succès

Dans la liste des bonnes résolutions professionnelles de 2016 : fêter les succès!


Pour bien débuter l'année, j'ai fait installer au milieu de notre open-space, un mur des succès.
Petits et grands succès s'y cotoient. Sur des post-its, sur des photos, nous affichons nos petits pas et nos grandes victoires.

Pour humaniser un peu ce vaste plateau:
- nous organisons un petit-déjeuner mensuel où chacun apporte ce qu'il a envie d'où le planning " petits dej"
- nous affichons les dates de nos grandes échéances mais également les anniversaires sous le titre "calendrier"
Et dans les actus, chacun met ce qu'il veut. Moi, cette semaine, j'ai accroché des encouragements à offrir (après en avoir découpé "courage, tu vas y arriver " et l'avoir scotché sur l'écran de ma collègue ;-))

(encouragements La fabrique à bonheurs, trouvés sur pinterest)

samedi 9 janvier 2016

toi+moi+tous ceux qui le veulent : les actualités zéro déchet ici et ailleurs

Parce que nous sommes chaque jour plus nombreux à nous engager dans la voie du zéro déchet, vous trouverez dans cette série d'articles des idées, des expériences et des innovations :



jeudi 7 janvier 2016

Collection automne-hiver 2015-2016 : Granit- un denim

Vous en avez vu déja une certain nombre de versions, vous en verrez encore d'autres...
Ce patron de pantalon issu du magazine japonais Female Sping 2010 est mon patron valeur sûre!


Cette fois-ci, je l'ai décliné en denim noir ( le patron nécessitant un tissu avec un brin d'élasthanne).
J'ai voulu faire la maligne en faisant un empiècement pour le bas des jambes, un empiècement plus haut devant sous le genou que derrière, 7-8cms plus bas pour ne pas être gênée par la couture quand je suis assise.
C'était une idée aussi sotte que grenue qui m'a donné bien du fil à retordre (en même temps, nous parlons couture ;-)).



Cela dit, je l'aime bien quand même mon denim noir !

Et l'avantage de vivre sur un tas de gravats, c'est qu'on peut prendre des photos dans un univers dégagé. 
Je suis ici dans une chambre...Et tout ce blanc perturbe mon appareil photo



mercredi 6 janvier 2016

12 jours pour faire le point sur 2015

Avant de sauter à pieds joints dans 2016 et de se laisser entraîner pour le tourbillon des obligations et la valse des envies, Amaury et moi avons fait le point sur 2015.

Entre le 25 décembre et le 6 janvier, 12 soirs de suite pour 12 mois vécus, nous avons ouvert mon agenda et nous nous sommes rappelés tout ce que nous avons fait et tout ce que nous n’avons pas eu le temps de faire, les jours heureux et les contrariétés, bref, entre hauts et bas, toute notre année 2015 en condensé.





En janvier, nous avons plongé dans la Méditerranée. Nous avons visité Reims sous la neige et avons contemplé les étoiles au Planetarium. Nous avons défilé, avec les enfants, pour la liberté et la fraternité.
Chlouwy et moi avons lancé le projet "52 semaines, 52 gravures". Amaury et moi avons fait un atelier yog'art au musée Guimet.
Mon beau-père a été très malade et hospitalisé.
En février, nous avons, pour la première fois, lancé un potager.
Stanislas a dévalé les pistes de ski avec ses grands-parents et Gautier a découvert les joies de la glisse. J'ai pris 2 cours de yoga et ai emmené mon petit sucré à la piscine. Nous avons visité le musée des Confluences.



En mars, Amaury et moi avons changé de poste et d’entreprise. En même temps ! Ce qui a eu pour conséquence une intense et très riche période d’apprentissage( qui se poursuit toujours). 
Amaury et moi avons suivi un deuxième atelier yog'art au musée Guimet. Il y a eu la marée du siècle. Et nous avons emmené les garçons, ainsi qu'une voisine et sa fille, voir un bel et énigmatique spectacle de danse, nommé Haïku.
En avril, les hommes ont passé une semaine à Utrecht ; je les y ai rejoints pour le weekend. Nous avons adoré cette expérience au Pays-Bas et j’ai beaucoup regretté de ne pas avoir pu en profiter. 
Mon équipe et moi avons lancé le déploiement d'un très gros projet de formation ( à ce jour, nous avons formé ou fait formées 40000 personnes sur ce sujet!). 
J'ai emmené la maman d'Amaury voir l'expo Lanvin.
Et nous avons fêté Pâques avec des amis, sur la plage.



En mai, nous avons été transportés par l’annonce de la guérison de Stanislas et, le même jour, par la naissance de ma jolie nièce-filleule. Nous avons apprécié les quelques jours de répit offerts par les jours fériés. Et avons invités les copains à nous rejoindre en baie de Somme. 
Nous avons aussi visité le château de Versailles.
J'ai publié les premières vidéos "Cultivateur de talents" et "du fil et des aiguilles-podcasts créatifs".
En juin, j’ai présenté à mon équipe notre feuille de route pour les 3 années à venir. 
J'ai fêté les 9 ans de ce blog et ai lancé les Correspondances Estivales
Nous avons rendu visite à Camille et à son homme dans leur très jolie ferme.




En juillet, j'ai eu un an de plus et la chance d'avoir ma maman à mes cotés ce jour-là. Gautier a appris  faire du vélo et Stanislas, à nager. Nous sommes allés chercher les enfants à Oléron et avons respiré, le temps d'une journée, l'air marin de l'Atlantique. Nous avons pris le chemin d'Amsterdam pour nos vacances.
En août, nous avons profité des vacances, rendu visite aux coco-poulettes, en Sancerre, déposé les enfants chez mes parents, à Lyon. Les travaux ont commencé à la maison. Nous avons convaincu la maman d'Amaury de nous accompagner un weekend en baie de Somme et de s'embraquer dans notre kayak. Nous avons passé un weekend chez la marraine de Gautier, qui est aussi une de mes bonnes fées, dans le Mâconnais.





En septembre, il y a eu les rentrées des garçons et le baptême de mes neveu et nièce. J'ai couru la Parisienne. Nous avons fêté, avec beaucoup d’émotion et d’affection, la guérison et les 8 ans de Stanislas. Nous avons lancé notre démarche Zéro déchet.
Au boulot, nous avons lancé notre première web-app. Et j'ai intégré un cycle d'ateliers pour innover plus, mieux, plus souvent!
En octobre, il y a eu le Me-made Month. Amaury a arrêté de prendre la voiture pour se déplacer. Dans mon équipe, nous avons intégré 3 alternants et 2 personnes (une en mobilité interne, une venant de l'extérieur) et une dizaine de personnes ont changé de poste! 
Nous avons déposé les enfants à Toulon et avons apprécié le doux soleil de la Méditerranée. Amaury et moi avons profité de l'absence des enfants pour randonner. Je suis allée, pour le boulot, visiter l'expo universelle de Milan.



En novembre, mois très sombre, j'ai rencontré the yogist, une jeune femme très inspirante. Nous avons visité et apprécié le musée de Saint-Germain en laye.
Mon équipe et moi avons lancé un grand challenge à destination d'étudiants de 4 universités. 
Nous avons profité de mon frère, alors très éclopé par un accident stupide, et de sa famille.
En décembre, nous avons fêté Noël plein de fois. Nous sommes allés à Nausicaa, à Boulogne sur mer, et avons admiré la voie de l'écuyer, spectacle virtuose, de l'académie équestre de Versailles. Nous avons passé quelques jours à.Bruges. Nous avons préparé notre potager pour 2016.
Et cela a fait 2 ans que mon plus jeune frère a quitté nos vies.
Au boulot, nous avons pris le temps, après tous ces changements d'organisation, de fêter la fin de l'année. J'ai décroché, symboliquement, le panneau "Direction" pour le remplacer par " les cultivateurs de talents".
Nous avons lancé une deuxième web-app, absolument révolutionnaire!

ð  En bref, changer tous les 2 de boulot et lancer la rénovation complète de la maison n’est peut-être pas la meilleure idée que nous ayons eue (choisir ces artisans et cet architecte là, non plus!). La bonne nouvelle est qu’il est peu probable que nous la fassions à nouveau ;-)
Nous avons fêté les bonheurs du quotidien, ce qui nous a rendu plus forts pour surmonter les épreuves.

Nous avons semé plein de graines de changement, à faire éclore et à cultiver en 2016.

2015, merci pour tout ce que tu nous a appris ; 2016, c’est à toi, nous sommes prêts !