jeudi 30 juillet 2015

Myma - une robe parfaite

Myma, la maman d’Amaury, regrettait sa robe préférée, devenue trop petite. Comme j’avais proposé de lui coudre une pièce de sa garde-robe d’été, elle m’a demandé de lui dupliquer. En plus grand. Et avec des manches.

Première étape pour Myma : Trouver le tissu parfait, à savoir un lin fluide italien, dans une jolie couleur tabac. Il a été acheté dans une boutique du XVIème arrondissement de Paris, près de la rue de l’Assomption, je crois.
Première étape pour moi : Découdre précautionneusement la robe pour récupérer les différents morceaux et m’en servir de patron. Etape plus longue que prévue puisque la robe était une jolie robe, d’excellente qualité, et que toutes les coutures étaient des coutures anglaises ! Cette première étape m’a pris une douzaine d’heures.


Deuxième étape : faire une toile avant de couper dans le magnifique coupon. Surtout que la consigne était un peu vague, du genre «  je pense que 2 ou 3 tailles de plus seraient bien, et des manches, jusque- là ». Pour la toile, j’ai fait une taille et demie de plus. Et la toile était trop grande…


 Troisième étape : se lancer ! J’ai coupé la robe avec les coutures anglaises bien dépliées, et 0,5 cm de marge. J’ai surpiqué chacune des pièces, pour un résultat plus soigné. J’ai utilisé une ou deux techniques de finition haute-couture pour la parmenture notamment.

Verdict 1 : J’ai apporté la robe finie à Oléron. Myma était ravie. Le corps de la robe était parfait. Mais les manches kimono étaient à la fois un peu longues et un peu larges.

A Oléron, à l'heure du verdict n°1...

Quatrième étape : j’ai repris les manches en longueur et en largeur.

Verdict 2 : C’est parfait ! Ouf !


J’ai gardé les différentes pièces et une trace des modifications apportées pour coudre une version 2016, dans une autre couleur.

mercredi 29 juillet 2015

Les petits-déjeuners du dimanche # 34

Chez nous, le petit-déjeuner est sacré. Entre autres parce qu'en semaine, nous le prenons autour de 6h et qu'il faut qu'il nous mène jusqu'au déjeuner...
Et aussi, parce qu'il m'arrive d'être sujette aux malaises d'hyper ou d'hypoglycémie et que faire un malaise dans les transports, ça craint.

Cela fait plusieurs mois que nous avons troqué le lait de vache du matin pour du lait d'avoine. Cela paraît être un bon choix : Amaury le digère mieux et moi, je préfère son goût.
Thé vert à l'argousier.

Porridge d'une nuit ( 45g de flocons d'avoine recouverts de lait d'avoine la veille au soir pour une texture fondante le matin), nectarine et amandes.
Thé Dom Juan ( les jardins de Gaïa)

Porridge d'une nuit, abricots et confiture de fraises maison.
Thé Lapsang Souchong ( jardins de Gaïa)

lundi 27 juillet 2015

365 jours de yoga : et c'est maintenant que tout commence...

Voila un an et des poussières que je pratique le yoga quotidiennement, l’occasion de faire un petit bilan :

·         Les points positifs :


J’ai tenu, toute l’année, presque tous les jours (on va dire 355 jours sur 365, les 10 manquants étant des jours de déplacement avec levers à 4h30 et couchers à 23h).
J’ai pris beaucoup de plaisir.
J’ai fait des gros progrès, dans la souplesse bien sûr, mais aussi dans la force et dans la concentration.
Je suis allée à 2 ateliers Yog’arts avec Amaury et à plusieurs cours de yoga, pendant les vacances. Et on a essayé l’acro-yoga ( un mélange acrobatie-yoga qui se pratique à 2).
Je ne sais pas si c’est lié, mais j’aime le croire : je n’ai pas été malade depuis que je pratique le yoga quotidiennement.
Pas le moindre rhume. Une seule angine à mon actif alors qu’avant j’en avais une par mois. Ma sciatique ne s’est pas trop manifestée.
Et globalement, avec l’aide aussi d’un réveil-simulateur d’aube, je dors mieux.

·         Les adaptations :

Je suis passée d’une heure quotidienne à 3/4 d’heure cet hiver à 25/30 minutes quotidiennes depuis que j’ai changé de boulot. 
Je suis passée du yoga du soir au yoga du matin. A 5h30.

·         Et après ?
Sans aucune hésitation, je repars pour une année.
J’aimerais bien avoir une pratique plus collective cette année, en prenant des cours plus régulièrement. Et approfondir ma culture yoga, et notamment ses fondements spirituels.


Je débute la slack line et j’aimerai bien conjuguer yoga et slack line J.

Et comme dit Mika de Brito, à la fin de son épuisant DVD de vinyasa yoga, « et c’est maintenant que tout commence » !

samedi 25 juillet 2015

Correspondances estivales 2015 - semaine 3

Carte partiellement peinte dans la voiture, lors d'un week-end, où nous sommes allés chercher les enfants à Oléron...






jeudi 23 juillet 2015

Azur : une robe longue

Un jour que je remontais l'unique rue commerçante du Crotoy, en Baie de Somme, mon œil a attiré par une robe bleue en jersey, une jolie robe tee-shirt, longue jusqu'aux chevilles, idéale pour rentrer de la plage.


Je n'avais aucune envie de l'acheter, entre son prix prohibitif, le fait qu'elle soit bleu ciel (couleur qui me renvoie instinctivement à l'hôpital) et le fait qu'elle ait été cousue en Chine. 
J'avais en tête un patron déja testé et re-testé, celui du "tee-shirt blanc" du livre "Mes indispensables en maille" et un coupon de mon stock, un jersey de coton peu élastique, bleu ciel à l'origine et teint en bleu plus soutenu.

J'ai mesuré l'écart entre mes aisselles et mes chevilles, allongé le patron en conséquence.
Dans le doute, j'ai préféré laisser des fentes d'une quinzaine de centimètres afin de ne pas être entravée en marchant.


Ce patron ne présente aucune difficulté ( les manches et le bas ne sont pas ourlés) et ne nécessite pas une surjeteuse. Armée d'une aiguille jersey et du point élastique de ma Janome, je m'en suis sortie très honorablement.

Me voici donc armée de ma robe de plage! Soleil, c'est à toi! ( photos prises en Baie de Somme sous le fameux soleil de Picardie)


mardi 21 juillet 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie # 35

En 2011, nous avons appris qu’avant de passer certaines chimiothérapies, on te réservait un lit en réanimation. Pour le cas où.
En 2011, il fallait, à chaque admission, plusieurs heures pour trouver une veine assez solide et te poser un cathéter.
En 2011, nous avons compté les semaines où tu n’étais pas en aplasie complète, c’est-à-dire sans aucun système immunitaire.

Début février, tu étais à l’hôpital avec Papa. Je suis venue déjeuner avec vous, comme tous les jours. Des flocons énormes et immaculés flottaient et s’amassaient lentement.
Un grand silence s’était abattu sur la ville. Sur l’hôpital aussi.
Personne n’ouvrait la bouche. Dans un souffle et sous couvert du secret, parce que les mauvaises nouvelles n’ont pas droit de séjour dans ce service, nous avons appris le décès de Jean.
Les mots sont dérisoires quand le pire arrive.
Nous avons pensé à ceux qui restaient, brisés, et à son enterrement, probablement sous la neige. Nous avons apprécié la paix que la mort représentait pour son corps à bout de forces. Nos cœurs se sont alourdis.

Le temps de sortir de l’hôpital, tu réalisais ton rêve de monter dans une dameuse. L’association avait organisé ton transfert jusqu’à la station, un après-midi de conduite et une nuit à l’hôtel. Les photos parlent d’elles-mêmes : tu étais excité, ému, heureux d’être à la montagne, de faire connaissance avec cette grosse machine.

Le temps de regagner Lyon, ta température atteignait les 39° et tu réintégrais directement ta chambre d’hôpital. Les semaines qui ont suivi, les yeux plein d’étoiles, tu as vu et revu sans cesse les quelques films consacrés aux dameuses trouvés sur youtube.

lundi 20 juillet 2015

52 semaines, 52 gravures : sauvage, l'ours qui danse? semaine 30

Le thème de la semaine "sauvage" m'a mené au pays des Inuits. J'aime leurs sculptures épurées et tellement expressives. La gravure de la semaine sera une figure traditionnelle de l'art inuit, l'ours qui danse.

Il y a beaucoup d'ours qui dansent dans les sculptures inuits. Si vous voulez savoir pourquoi les ours polaires dansent? Vous avez ici une réponse étayée.:-)



samedi 18 juillet 2015

jeudi 16 juillet 2015

Madras - une robe

Au commencement, il y avait une magnifique robe Alder, de Grainline studio. Et une discussion, un soir avec le son des grelots,  étayée d'un croquis. Et avant le commencement, il y avait un très grand coupon de madras écru, gris, marine, un madras triste et terne, acheté à Lyon, il y a plusieurs années, sans doute un jour où j'avais le cœur gros.


J'ai commencé par teindre mon coupon, dans un indigo lumineux.
Et puis, pour ne pas racheter un patron, j'ai étudié ceux que j'avais à disposition. Je savais, par ailleurs, que Grainline Studio taille trop grand pour mon gabarit. Au détour d'une page du Ottobre 2013/2, je l'ai vue, la chemise sans manches "button down".


Je l'ai copiée et taillée en 34, sans marges de couture. Ai ajouté un passepoil aux épaules. Je l'ai allongé pour en faire une robe et ai doublé le nombre de boutons.
J'ai défait un devant car j'avais cousu deux fois le même coté ;-(
Il m'a fallu presqu'autant de temps pour coudre les boutons que pour coudre la robe...

(blazer Zara kids, été 2015)

Ma robe est :
- seyante : 3/5. Elle est ample, ce qui peut être un avantage un jour de grande chaleur, ou pour l'enfiler par dessus son maillot pour rentrer de la plage. Avec une ceinture, elle est discrète et s'invite au bureau.


- polyvalente : 4/5. Oui! Pour les raisons explicitées ci-dessus.
- compatible avec le reste de ma garde-robe : 4/5! Oui, je n'ai pris aucun risque en la teignant en bleu.
- confortable: 5/5. Totalement!

Note globale : 16/20. Cela ne fait que confirmer l'excellente opinion dans laquelle je tiens les magazines Ottobre.

Et la photo floue du jour :-)


mardi 14 juillet 2015

Correspondances estivales 2015 - semaine 1

La première carte de cette nouvelle édition est un hommage à mon jardin et à ses herbes folles :






lundi 13 juillet 2015

52 semaines, 52 gravures : Semaine 29 - Quand est-ce qu'on va à la plage ? #2

En 2014, j'avais réalisé une aquarelle de "notre" plage, une aquarelle au ras de l'eau. En 2015, j'ai eu envie de la graver. Et même, d'en faire deux versions différentes:


L'aquarelle réalisée en avril 2014

Une gravure mono-plaque/mono-couleur pour commencer :



Pour retrouver toutes les participations, de toutes les participantes, depuis janvier, c'est ici.

vendredi 10 juillet 2015

Du fil et des aiguilles - Podcast créatif # 2 : ma garde-robe idéale

Où il est question de ma garde-robe idéale et des patrons pour y parvenir. ;-)


* Chemises ( testées et approuvées, 3 fois pour la première et 4 pour la seconde)
- chemise à découpe princesse, l'élégance du noir
- chemise de base, livre japonais Blouse, skirt & pants (référencé sous le n°215 dans le blog Japan Couture addicts)

* tee-shirt encolure ronde et dégagée et débardeur à dos nageur ( testés et approuvés, 3 fois chacun)

* cache-coeur ( testé, encore en ballotage si vous avez d'autres suggestions ;-)

* Veste inspiration officier ( 2 réalisations à ce jour)
Veste,Onion. Qui n'est plus vendu.

* Pantalon, légèrement cigarette, à poches italiennes, zip sur le coté ( j'entame ma huitième version de cet excellent basique)
- pantalon, magazine Female Spring 2010. Impossible à retrouver même chez Pomadour

* Jupe taille haute, à plis plats ( testée et approuvée, 2 fois)
- jupe à plis, livre japonais Simple Chic de Machiko Kayaki mais cela aurait pu être la jupe Chardon de Deer & doe

* Jupe légèrement crayon
non trouvée à ce jour

* robe "fit and flare", c'est-à-dire ajustée en haut et évasée en bas:
Pourrait être la robe Alameda, de Pauline Alice, avec des manches. On me l'a offerte. J'ai très envie de la tester mais je suis un peu effrayée. Et je me demande sur quel modèle je vais pouvoir "piquer" des manches qui soient compatibles.
Sauf si vous avez d'autres idées de modèles, sachant que je suis très menue ( il me faut un 32-34 en haut et un 30-32 en bas)

* une robe droite mais assez près du corps :
Pourrait être la robe Pachira de Blousette Rose. Que j'ai achetée, à sa sortie. J'aime beaucoup le décolleté du dos et ses manches tressées. mais là aussi, j'angoisse un peu.
Avez-vous d'autres idées?

Bon, je suis très impatiente de découvrir votre garde-robe idéale et les patrons pour y parvenir!
Laissez des commentaires, faites un article sur votre blog et dites-moi que j'aille lire et m'inspirer!





jeudi 9 juillet 2015

Argent - la robe

Dans ma garde-robe d'été, il me manquait une robe grise, toute simple.


Je suis partie d'un patron rétro, le Simplicity 9436 de 1971 , déja testé en 2013 et éprouvé en 2014 en hauts. Mon temps libre s'étant drastiquement réduit, je renâcle à essayer de nouveaux patrons. Encore que je ne résiste pas aux patrons Ottobre, mais il est vrai que je me repose sur le fait qu'ils soient toujours impeccablement taillés.




Pour le tissu, j'ai utilisé un coupon de chambray noir que j'ai choisi de coudre sur l'envers. J'aime beaucoup cette teinte discrètement métallisée.
Amaury a été chargé d'épingler les bretelles, à un moment où il était en train de s'assoupir. Il s'en est tiré fort honorablement.

Bref, j'en suis ravie.
Ma robe est :
- seyante : 4/5. Elle est discrète et j'aime beaucoup ses bretelles
- polyvalente : 4/5.
- compatible avec le reste de ma garde-robe: 5/5
- confortable : 4/5. Son longueur, sa ligne trapèze en font une valeur sure.
17/20, le millésime 2015 est parfait.
Rendez-vous pour le millésime 2016!



mardi 7 juillet 2015

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie # 34

Au milieu de ces jours, il y eut une parenthèse.
Le 24 décembre, un orchestre symphonique s’est installé dans le hall d’entrée de l’aile pédiatrique. Il y avait sans doute autant de musiciens que de public. Je ne me souviens plus du programme.
Petits et grands s’étaient extraits de leurs chambres, qui dans une chaise roulante, qui avec des béquilles, certains même dans leurs lits, tous accompagnés de leur famille.
Nous entourions l'orchestre et sentions la puissance de la musique. Les vibrations des instruments soulevaient le duvet de vos têtes ou les foulards qui les couvraient. Sous les masques en papier, on devinait des sourires. Et nos yeux étaient humides.
Tout le monde se tenait la main. Là, à l’abri, emportés par la beauté, nous avons été invincibles et  heureux.
Ce jour-là, nous avons appris que la seule richesse, c’est l’amour. Que l’argent, la réussite, les honneurs ne sont d’aucune utilité face à la maladie.
Que ce qui est en jeu nous dépasse, qu’il faut s’en remettre totalement aux médecins. Qu'il faut faire confiance et espérer.

Et puis après, il y eut l’épreuve du Nouvel An et des vœux gênés, des regards évités.

2011 ne contenait aucune promesse de mieux, seulement des possibilités de pire.
2011 ne portait aucun espoir de changement, seulement l’alignement sans fin des séjours à l’hôpital, des admissions en urgence et la peur, toujours, blottie au creux de nos ventres.

lundi 6 juillet 2015

Un rêve de potager : point d'étape

Mes nombreux déplacements ont failli faire péricliter notre potager! Heureusement, quelques weekends d'affilée à la maison m'ont permis de limiter la casse et je me suis dit qu'il était temps de vous présenter un point d'étape.


Pour débuter notre potager hors-sol, nous avons utiliser un big bag et de nombreux sacs en krafft. Quelle drôle d'idée, devez-vous vous dire?
En fait, notre commune nous alloue de gros tas de sacs en krafft pour y mettre les déchets végétaux, qui sont ramassés une fois par semaine. Sauf que nous, nous les mettons dans une grosse poubelle. Et les sacs s'accumulent.
Du coup, plutôt que d'acheter d'autres sacs en tissu pour y mettre le potager, on a décidé de les utiliser.
On en met 2 l'un dans l'autre, on les replie pour limiter la hauteur, et on remplit de terre. Sur la solidité du dispositif : ils sont dans le jardin depuis mi-février et n'ont pas bougé.
On en reparle à la fin de la saison!

Les plants de tomates ont bien poussé. J'ai mis des tuteurs ( branches ramassées pour le jardin). Nous commençons a voir de petites tomates ( de la taille d'une bille).
La coriandre et l'aneth ont fait de gros buissons. :-)
La menthe a été dévoré par les pucerons et les autres aromatiques sont poussifs ( basilic, persil, estragon).


Poireaux, haricots, fèves et pois gourmands poussent très bien.
Les potirons aussi, en dépit des penalty répétés des garçons, qui ont juré de l'anéantir avant que les potirons finissent dans leurs assiettes.

Carottes et salades sont tous minis riquiquis.
Et la nouvelle récolte de radis a été un fiasco total.
Parc contre, nous avons des kilos de cerises.

A défaut d'être nourris, nous nous amusons beaucoup et ça, c'est bien!
Et vous, où en êtes-vous avec vos potagers?


vendredi 3 juillet 2015

Cultivateur de talents # 4 : comment réussir sa prise de poste

Aujourd'hui, il ne s'agira pas d'une formule magique, mais de ma propre méthode, testée et approuvée, pour réussir sa prise de poste!


Si vous avez développé votre propre méthode, n'hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous pour nous en faire part. Merci!

Les vidéos "Cultivateur de talents" reviennent à la rentrée. Mais d'ici là, on se retrouve pour un épisode sur la préférence clients, nouveau Graal des entreprises de distribution...

jeudi 2 juillet 2015

Collection été 2015 : sobre et chic - la jupe

Le magazine Ottobre women 2015/2 m'a plu. Beaucoup. J'ai mis sur ma liste l'ensemble austère mais chic, la veste courte, le gilet en jersey...Et je réfléchis encore pour la robe longue en jersey, avec ses pans croisés. Bref, un vrai bon numéro.


J'ai fait plusieurs essais de jupe longue, en velours, en jersey. 
J'aime beaucoup mais jusqu'à aujourd'hui, j'ai beaucoup de mal à les porter. Je les trouve difficile à assortir, en termes de proportions avec le haut, avec des chaussures. Je trouve les jupes longues en jersey, souvent un peu négligées, manquant de tenue. Et puis, peut-être que je suis trop petite...
Et pourtant, quel confort! Et quelle silhouette quand elles sont bien portées!


Je renouvelle donc l'essai avec la jupe Metal Mix qui a beaucoup de points forts:
- une taille haute
- une jolie ligne, étroite en haut, et très évasée en bas
- des pans, qui structurent la silhouette

Elle est très simple à coudre et très rapide, si vous ne surpiquez les coutures comme je l'ai fait.
Méfiez-vous en revanche de la taille de votre coupon : comme elle est longue ET évasée, elle nécessite un métrage conséquent.


C'est la raison pour laquelle, si vous observez bien les photos, vous remarquerez qu'un des pans de devant est coupé dans un tissu assorti.
Ce qui, en définitive, me plaît car cela nuance un peu l'aspect de cette jupe!
Le tissu principal est un lin prune chiné, le tissu complémentaire une popeline de coton prune clair et aubergine.


Finalement, ma jupe est:
- seyante : 3,5/5. Je trouve que la taille est un peu lâche et modifierai le patron en conséquence pour la prochaine.
- polyvalente : 3,5/5. Je n'ai pas d’inquiétude pour les week ends mais ne sais pas comment l'assortir pour la mettre pour aller travailler. il faut que j'essaie avec une veste de tailleur.
- compatible avec le reste de ma garde-robe : 4/5. Le prune est assez discret et ma garde-robe principalement composée de vêtements de couleurs neutres.
- confortable : 5/5. Totalement!
16/20 : j'ai bien envie d'en coudre une version noire pour la mi-saison.

Vous portez des jupes longues? Et le cas échéant, avec quoi?
Merci de vos conseils avisés!

mercredi 1 juillet 2015

Nos jours heureux - la tornade de juin

 Tout a commencé assez doucement début juin:

- nous avons étrenné notre kayak des mers et eu le plaisir de partager la Baie et ses courants avec des phoques

- nous avons pris le temps d'aller cueillir des fraises délicieuses aux vergers éco-responsables du Franc Picard

Puis tout s'est accéléré:

- j'ai assisté à une conférence puissante de Michel Serres. Et à une  incroyable de Florence Servan-Schreiber et depuis, j'instille de la power patate partout! Et nous essayons de la faire intervenir à notre prochain séminaire d'équipe...( la vidéo jointe reprend globalement la conférence à laquelle j'ai assisté)

- j'ai énormément travaillé et ai réuni toute mon équipe pour leur présenter notre feuille de route

- nous avons passé une merveilleuse journée chez la LaChouFleur

Calendrier 2015 - juillet