dimanche 30 novembre 2014

Calendrier de l'Avent 2014

Avec les garçons, nous avons passé des heures à flâner sur Pinterest et à épingler nos inspirations sur notre tableau spécial Noël.


Notre calendrier de l'Avent est 100% récup puisque'il s'agit de berlingots faits à partir de rouleaux de papier de toilette.
Les chiffres ont été réalisés par Stanislas à partir de pochoirs.
Nous les avons rempli de douceurs et suspendu devant une fenêtre avec des rubans et des pinces à linge.
Bel Avent à vous!


samedi 29 novembre 2014

365 jours de yoga #5 - yoga du matin ou yoga du soir?

Je caressais l'idée de commencer ma journée par du yoga, quitte à se lever un peu plus tôt. Sauf que. Sauf qu'au matin, je suis totalement ankylosée et que je ne parviens à faire aucune posture.

Du coup, je suis plutôt yoga du soir : c'est bien meilleur pour l'estime de soi! 
Mais pour lutter contre la morosité des matins de novembre ou pour se remettre des excès des dîners professionnels, j'ai sélectionné toute une série d'exercices rapides et faciles pour le matin :

ceux-ci sont hyper mignons !

Ici, vous avez une vidéo pour faire une séance de 15 minutes au réveil (en anglais).

Et vous, plutôt yoga du matin ou yoga du soir?

vendredi 28 novembre 2014

Art journal 2014 - novembre

D'abord, il y a eu les vacances et le plaisir de ressortir mon carnet de voyage.
Se souvenir des merveilleux moments de ces vacances à 3 ( les 2 garçons et moi)







Et puis le retour, les jours si courts qui font que je pars dans la nuit, je rentre dans la nuit...



jeudi 27 novembre 2014

Faire plaisir à sa maman : Les rayures et les pois

Quand je veux faire plaisir à ma maman, je lui couds quelque chose à pois, à moins que ce ne soit quelque chose à rayures.
Si en plus, le tissu est japonais et le patron d'une grande sobriété, c'est gagné!


J'avais, cet été, cousu une version test d'une tunique élaborée à partir de la robe color blocked du numéro Ottobre 2013/2. La version test, un 38 avec marges de couture, avait été validée et je crois aussi, beaucoup portée.


Voici la version définitive dans un merveilleux tissu ( que je n'osais pas couper!).

mardi 25 novembre 2014

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie #18

De retour à la maison, j’avais un message de l’école pour finaliser l’inscription initiée quelques mois plus tôt. Tu as alors presque trois ans.
Le matin dit, je me suis plongée dans le flot des enfants et des parents. Je me suis laissée entraînée, en refoulant mes larmes, vers le bureau de la directrice. Et là, assise très droite sur le bord de ma chaise, utilisant le moins de mot possible, j’ai expliqué que tu ne serais sans doute pas présent à la rentrée. Sans doute pas non plus les jours suivants. Qu’en fait, je ne savais même pas si tu pourrais te rendre à l’école à un moment dans l’année.
Mais que nous voulions t’inscrire, parce que ne pas le faire, c’était renoncer, c’était laisser la maladie gagner. J’ai serré les poings. Je ne sais plus ce que la directrice a dit. Et je me suis retrouvée dehors.

Trois
Trois mois depuis l'annonce de la maladie de Stanislas...
L'épuisement et le découragement nous gagnent. Nous ne souvenons plus de la vie d'avant et la vie d'après est encore trop loin pour que nous puissions nous y projeter.
Les jours s'écoulent, identiques et monotones, et la tension s'accumule.

Nous sommes en juin 2010. Tu  es entre la vie et la mort, bien vivant la plupart du temps, lucide, drôle et tendre, et pourtant bien plus proche de la mort que de la vie, en vérité.
Tu n’as plus de globules blancs, plus de système immunitaire, plus de plaquettes et, ma foi, plus beaucoup de globules rouges non plus.
Tu vas de chimio en transfusion, l’heure qui passe est la seule qui compte, résumé de la vie à elle-seule. L'heure qui passe acquiert une importance démesurée parce qu’elle est peut-être a dernière.
Nous ne nous souvenons plus de la vie d’avant. Il n’y a pas de vie d’après. Nous sommes dans l’obscurité, dans l’immédiat le plus immédiat. Tout est possible tout le temps : à un moment, tu ris et tu cours, au moment suivant, tu tombes, tu saignes et nous repartons d’urgence vers l’hôpital pour une transfusion. A un instant, tu entres dans une colère totale, la faute aux doses massives de corticoïdes ; à l’instant suivant, tu sombres dans une léthargie profonde, livide et totalement immobile.
Il n’y a plus de lundi et plus de vendredi, seulement des jours à l’hôpital et des jours à la maison.
Il n’y a plus de saison, dans notre espace tempéré, clos et aseptisé. Depuis le salon de l’hôpital, nous regardons les arbres reverdir, le personnel soignant déjeuner dehors, nous regardons les gens longer les immeubles pour trouver un peu d’ombre. On observe les déménagements et les départs en vacances.
Et tout ceci ne nous concerne pas.
Tu rêves de pique-nique ? Nous nous installons dans le couloir, devant la cantine, et mangeons notre repas « protégé » assis par terre, chapeau sur la tête, en imaginant ce que ce serait de déjeuner sur l’herbe.


lundi 24 novembre 2014

Doucement bercées par le vent - aquarelle

Déposée dans la boîte aux lettres d'un de mes voisins avec le message suivant " merci de faire pousser des plantes si inspirantes - la voisine". Les garçons et moi riions sous cape en imaginant sa tête en récupérant son courrier.


samedi 22 novembre 2014

du papier et des ciseaux : merci

Parce qu'on a toujours l'occasion d'envoyer des cartes de remerciement et que tant qu'à faire, je préfère qu'elles soient jolies, voici les derniers nées envoyées depuis chez nous.

(mais où est le point du i, me répète Stanislas, perfectionniste)

jeudi 20 novembre 2014

Tombent les feuilles - la tunique de pépite

Pour fêter l'anniversaire de mon amie Pépite avec la bagatelle de 6 mois de retard, je l'ai opté pour une enveloppe surprise. Laquelle contenait entre autres gravures, livre de couture, une tunique.


Ses commentaires enthousiastes lorsque j'avais publié la version test pour maman m'avait laissé entendre que le modèle lui plaisait. 
Il s'agit du haut de la robe Colorblocked, modèle du numéro d'Ottobre 
2013/5.


J'avais un chouette coupon de coton lawn japonais avec de jolies petites feuilles stylisées. Une merveille de légèreté, le tout assez résistant quand même.
Le modèle ne comporte aucune difficulté.
Il comporte de très jolis détails comme ses manches 3/4 et ses pinces poitrine qui trouvent leur origine dans les manches.
 J'ai coupé un petit 38 pour Pépite qui est quand même beaucoup plus grande que moi.
Et puis dans le doute, j'ai ajouté une bande de tissu, en bas pour l'allonger.


Vous savez quoi?
Pépite l'a essayée.


Elle a fait l'unanimité... et a atterri directement dans le placard de cocopoulette n°1, sa fille aînée.


mercredi 19 novembre 2014

Mercredi avec les enfants - dessiner sur le sable

Pendant les vacances, nous avons passé un temps certain sur la plage. pas question de se baigner ou de jouer avec l'eau vu les températures polaires. Alors on a été créatifs...


Armés de pelles et de bâtons, on a fait de gigantesques dessins sur la plage, des mandalas pour Gautier, des fleurs pour moi, et une magnifique mouette pour Stanislas. ce dernier a poussé le sens du détail jusqu'à l'orner de centaines ( de milliers ?) de coquillages blancs pour figurer les plumes.
Autant vous dire que cela nous a occupé quelques heures!


Stanislas, particulièrement réchauffé après un foot.

mardi 18 novembre 2014

Aurora Red - Pantone #18-1550 : des gravures

Du rouge primaire et du banc, dans des proportions variables.
Un peu de nature dans la maison.
Des impressions botaniques.


Physalis


Centaurée


Radis


 Impressions botaniques bicolores

Pois de senteur


lundi 17 novembre 2014

365 jours de yoga #4 - faire du yoga avec ses enfants

Quand on a commencé à se mettre sérieusement au yoga, les enfants ont eu envie de s'y mettre.


Et nous nous sommes vite rendus compte que la séance classique d'une heure et demie n'était pas adaptée.

Nous sommes arrivés à quelques conclusions :
1. Prenez-les au sérieux:
Cela paraît anodin mais si vous souhaitez initier vos enfants au yoga de manière régulière, il faut les prendre au sérieux : c'est-à-dire leur demander de ce mettre en tenue de sport, leur fournir leur propre tapis qu'ils seront également chargés de ranger au terme de la séance.

2. Amusez-vous:
L'idée est de délivrer des animaux prisonniers dans le zoo en réalisant la posture correspondante.
Les enfants se régalent à faire le crocodile, peinent sur la posture de la vache ou de la tortue mais ne veulent s'arrêter qu'une fois avoir délivré tous les animaux.
Cela suppose un sage qui rectifie les postures.
Dans la boîte, il y a :
- un jeu de cartes avec les animaux
- un livret bien fichu sur les postures
- un gong.
Les petits yogis se joignent à moi pour vous recommander ce jeu.

Et puis, nous avons investis dans le DVD Manga yoga ( faute de trouver kids yogi en français) pour lequel je vous ferais un retour lors d'un prochain billet.

3. Soyez flexibles:
Il y a des jours où tout se passe bien et puis des jours où ,passée la première posture, tout part en vrille.
Soyez prêt à rabattre de la voilure sans tarder ou à rebondir sur leurs propres idées.
Mes enfants aiment bien créer des postures de leur cru, comme celle, bien connue, de kung fu panda .
Globalement, tant qu'ils sont échauffés et qu'ils ne se font pas mal, je laisse passer toutes leurs excentricités.

4. Amusez-vous autant qu'ils s'amusent
et soyez raisonnables dans vos objectifs!

Vous avez d'autres astuces à nous recommander?

samedi 15 novembre 2014

Mentha piperita - des infusions pour tout l'hiver

Cet été, j'ai cueilli dans le potager de ma maman des brassées de menthe poivrée. Nous les avons fait sécher au soleil sur du papier journal pour en profiter tout l'hiver.


mercredi 12 novembre 2014

Art cousu - les Nabis m'ont dit- le short

Le concours Art Cousu, c'est presque fini! Vous avez jusqu'au 16 novembre minuit pour soumettre vos réalisations à la rédaction.


Je vous avais présenté mes inspirations il y a quelques jours. 
J'ai eu le plus grand mal à décider quel ensemble j'allais proposer!
Il y avait celui-ci :

Celui-ci :



ou celui-là :


Pour les deux, j'ai privilégié des inspirations très compatible avec ma garde-robe habituelle, des coutures que j'étais sure de porter et de reporter.
J'ai finalement opté pour le second ensemble parce que j'avais très envie d'un short d'hiver, à porter le week end avec mes bottes fourrées en polaire!

La vareuse est une réalisation 2012, tirée d'un patron rétro. Son empiècement du dos est tout à fait proche de celle du jeune garçon à gauche, non?
Le short est issu de Ottobre women 2014/2, le short denim look, raccourci d'une bonne dizaine de centimètres. C'est un patron simple et efficace, deux pinces devant, 2 pinces derrière, une fermeture éclair sur le coté.


 en version week end, avec un gros pull en laine et des godillots à lacets


Je trouve les patrons Ottobre toujours impeccablement taillés. A tous les coups, je suis certaine que le 34 sans marge de couture m'ira parfaitement : quel confort!
Voila un moment que je n'achète plus de tissus. Je suis devenue fort difficile : je n'aime pas la viscose, et rarement les imprimés (et j'ai horreur des imprimés animaliers, qui me fait penser systématiquement à de la taxidermie ;-)), je cherche des tissus de qualité et si possible bio.
 Et j'ai accumulé les années passant un stock non négligeable. Alors, j'ai fait le tour de mes réserves et j'ai retrouvé ce tissu lainage légèrement extensible acheté il y a longtemps.


en version semaine, avec chemise, veste et bottines.

Et en termes de wearability project?
Mon short est :
- seyant : 5/5. Franchement, j'adore les shorts et je trouve que celui-ci me fait les jambes longues ( escroquerie totale car je frise le mètre 55) et la taille fine.
- polyvalent : 2,5/5. Avouons-le tout de suite : j'aime l'idée de le porter au boulot mais je ne sais pas si je sauterai le pas...
- compatible avec le reste de ma garde-robe : 4/5. Un lainage gris à carreaux kaki et noir est une prise de risque gérable! Ce short s'accorde avec la majorité de ma garde-robe hivernale.
-confortable : 5/5. Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit mais j'adore les shorts, qui sont à la fois courts et décents!

Mazette, 16,5/20! J'ai bien fait d'écouter les chuchotis des nabis et de foncer sur ce short!

mardi 11 novembre 2014

Les mains dans l'argile : toi, nous et la leucémie # 17

A ce moment-là, tu partageais une chambre avec Valentin et sa maman.
Valentin est un concentré de souffrance, qui titube quand il rentre de ses séances de rayons. Prostré sur son lit, il hurle et ne s’anime que pour supplier les infirmières de lui donner du gaz hilarant ou de la morphine. Il désigne systématiquement l’échelle la plus élevée sur le graphique de la douleur.
Je me demande comment ce voisinage a marqué ta compréhension du monde. Je crois, parfois, lire dans ta capacité à t’abstraire des situations, un lointain souvenir du deuxième étage de l’hôpital.

Mais ne va pas te méprendre !  L’hôpital conventionnel, c’est aussi un endroit joyeux, un endroit dont parents et enfants franchissent les portes en s’épaulant, un endroit où les parents sont présents, totalement disponibles, totalement à l’écoute de leurs enfants.
C’est dans cet endroit que j’ai entendu, pour le première fois, la célèbre phrase de l’oncologue Jean Bernard «  quand on ne peut ajouter des jours à la vie alors il faut ajouter de la vie aux jours ».
Et c’est exactement ce que tous les parents essayaient de faire, sans calcul, sans espérer de jour meilleur. Ils essayaient juste de faire de maintenant, un moment le meilleur possible, un moment joyeux, un moment mémorable, parce que c’est peut-être le dernier.

Nous sommes dans une chambre de l’hôpital de jour. C’est la fin d’après-midi, ce qui signifie que le service est calme, relâché après le stress de la matinée, des traitements à administrer, des mauvaises surprises. Tu somnoles pendant une transfusion de globules rouges. Papa et moi sommes assis à côté de ton lit. On discute de cette nouvelle voie centrale et on spécule sur sa longévité. Un petit garçon, sur l’autre lit, joue à la console.
Tu te retournes, grommelant dans ton sommeil.
Tout à coup, la perche de perfusion se met à tourner sur elle, de plus en plus vite, en projetant du sang partout. Ta voie centrale a cédé et tu te vides de ton sang à chaque pulsation.
Nous bondissons. Papa te fait un point de compression. L’autre enfant hurle. Tu te réveilles en sanglotant. J’arrache la perche de la prise pour l’arrêter et me précipite dans le couloir à la recherche de quelqu’un. Le sang de la poche et ton sang continuent de se répandre sur le lit, sur les murs, sur le sol. Je fais irruption dans le bureau des internes et enfin l'équipe soignante arrive.
S’ensuivit une scène homérique, au pied de ton lit, entre le chef de clinique et l’anesthésiste pour savoir qui était responsable.
Nous assistions à la scène, tous les trois blottis l’un contre l’autre, les yeux ronds.


Il fallait prévoir une troisième voie centrale. De toutes urgences. Et re-planifier une transfusion.

lundi 10 novembre 2014

Mais comment font-elles? Les secrets d'organisation de Rachel, du blog 24

24, ce sont des créations poétiques, c'est des photos ravissantes, c'est une couturière aguerrie avec ce petit zeste d'originalité qui fait de chacun de ses billets un délice.


Quand crées-tu ?

Cela dépend si l'on parle d'avant la grossesse, ou de maintenant... Mais comme la grossesse et les mois qui suivront sont des états temporaires, je vais répondre pour avant ! Je travaille à mi-temps depuis la naissance de ma fille, donc souvent, les mardis et vendredis après-midi me permett(ai)ent de coudre. Un certain nombre voire un nombre certains de soirées étaient destinés à la couture, les autres créations, et le blog. Et parfois pendant la sieste de la petite, l'aîné pouvait être coopératif pendant 30 minutes ou 1h. Les moments disponibles à la création le week-end, j'essayais de les destiner plus à ce qui concerne la maison, ou à les remplacer par du rangement... Globalement, c'était quand même couture dès que possible !



Quelles sont les conditions d’une séance créative réussie ?

Des enfants coopératifs ? Des enfants absents ? Une journée sans enfants avec le repas de midi déjà préparé ? Un projet simple et rapide ? Une heure pas trop tardive, parce que sous prétexte d'avoir presque fini, on fait de plus en plus de bêtises ? Et sûrement de la patience, histoire d'apprécier mieux chaque avancée, même si on n'est pas au bout de notre programme (ce qui vaut surtout pour les projets pas si simples, pas si rapides)...




Tu nous montrerais ton espace couture  ?

Oui, si vous me laissez le temps de ranger, et que je peux déplacer ce qui reste de bazar avant chaque photo... (mon mari trouve que c'est malhonnête, moi je dis que c'est juste prendre un peu d'avance sur ce qui finira bien par être l'état de ce bureau, un jour).
J'ai une pièce dédiée, de 8 ou 9 m2, même si c'est aussi l'espace bureau et donc pour mon travail. Elle s'aménage petit à petit avec des rangements destinés à la couture, et les choses commencent à avoir chacune une place. Mais le bazar revient toujours très vite, et il semblerait que ce qui est en cours, lui, n'a pas de vraie place...
Pour ce qui est de décalquer, couper et repasser, je dois par contre changer de pièce pour utiliser le salon ou la table du repas (elle est pile à la bonne hauteur pour que mon nerf sciatique soit titillé quand j'y travaille longtemps debout !).
Ce qui me manque vraiment, c'est du rangement pour les tissus qui sont du coup dans des caisses réparties entre mon bureau/atelier et mon ''dressing'' (qui est plutôt un cagibi dans lequel les tissus piquent un peu la place de vêtements et des draps). Je possède bien une armoire qui pourrait tout accueillir, mais il me manque un endroit qui pourrait accueillir l'armoire !


Quelles sont tes inspirations ? Comment les idées te viennent-elles ?

L'inspiration et les idées me viennent en grande partie d'internet : blogs, pinterest, recherches d'images, etc. Il faut dire qu'il y en a à profusion, et qu'il y a de quoi nourrir l'imaginaire. J'en met beaucoup de côté, et finis par exploiter celles qui émergent du lot. Mais l'inspiration peut aussi venir du commerce, d'un film, d'une envie/idée qui persiste, comme par exemple ces derniers mois des vêtements avec col en V, un assemblage de couleur...
Souvent aussi, le point de départ est un tissu que je souhaite utiliser, et pour lequel je cherche le projet le plus adapté possible. Selon les fois, cela peut prendre du temps à mûrir, et habiter mes pensées un peu tous les jours.


As-tu un petit secret à nous confier pour être plus créative ?


Pas de secret notable, mais je sais qu'en couture, ce qui m'aide, c'est de ne pas me limiter en me disant que ce n'est pas à ma portée. Ce qui ne m'empêche pas de repousser à plus tard les projets pour lesquels je me mets plus de pression !
Je m'astreint aussi par moments à arrêter de chercher/regarder des idées, et de commencer à les mettre en oeuvre ; je crois d'ailleurs que c'est comme cela que j'ai commencé à coudre vraiment.
Et puis maintenant, dans l'état actuel des choses, je me dis aussi que pour être plus créative, il est important d'être reposée, et d'avoir la tête en bon état de marche...!

Vous pouvez la retrouver ici, sur son blog.